Catégorie : Agriculture

Test d’un jeu sur les pollutions diffuses d’origine agricole : Rés’eau-lution diffuse

66171240_323283685222355_9007959730240356352_nContexte : Le jeu Res’eau-lutions diffuses est intégré au projet Brie’Eau initié par AQUI Brie et IRSTEA HBAN. Le territoire concerné par ce projet est le bassin versant de l’amont de l’Ancoeur situé sur l’aire d’alimentation de captage de Nangis. Il s’agit d’une zone fortement agricole fragilisée par des gouffres karstiques, qui rendent le territoire sujet à la pollution diffuse d’origine agricole. Ce projet est axé autour d’un processus participatif mené par LISODE, L’IRSTEA G-EAU Montpellier et l’INRA. Le Jeu de rôle Res’eaulutions diffuses est un des outils participatifs développés. Ce jeu a été construit de manière à faire ressortir les stratégies des différents acteurs du territoire et d’identifier les différentes démarches collectives.

Objectif de la démarche : L’objectif de ce projet est de mettre en avant un dialogue territorial entre les différents acteurs d’un territoire afin d’aligner enjeu de production, enjeu de protection de la qualité de l’eau et de la biodiversité dans les territoires agricoles. Pour cela, deux leviers sont présentés : les Zones Tampon Humides Artificielles (ZTHA) une innovation technique curative et le changement de pratique agricole, une solution préventive. Ce jeu de rôle sera utilisé par les parties prenantes du territoire (agriculteurs, élus, coopérative) et pourra être utilisé par les habitants du territoire de la Brie qui n’ont, pour l’instant, pas pris part au projet.

Où en sommes-nous : Nous sommes en phase de finalisation. Nous retravaillons la forme de la deuxième version du jeu qui a été développé successivement par Marion Bourgeois et Charles Bontoux (tous deux stagiaires chez Lisode). Le fond du jeu de rôle n’a pas évolué.

Objectifs de la communauté de pratique : (1) Tester le déroulement du jeu : s’assurer de la bonne compréhension des termes utilisés, vérifier que les enjeux et la démarche est claire pour les testeurs. (2) Prendre en compte les éventuelles remarques pour améliorer la jouabilité et la bonne compréhension des enjeux.

Organisateurs : Jean-Emmanuel Rougier et Fanny Lashcari

Participants : Mélaine AUCANTE (IRSTEA), Audrey BARBE (Lisode), Baptiste BERTHOME (IRSTEA), Simon ISTER (Master Vigne et Vin), Ninon KRATCHKOVSKY (Lisode), Anne MATZINGER (IRSTEA), Marine PIZETTE (IRSTEA)

Téléchargez le CR ici !

Test d’une expérience « psycho-économique » sur le partage de l’eau en période d’étiage

Contexte : Cette expérience “psycho-économique” est menée au sein du projet InterExpe (Key Initiative MUSE WATERS) coordonné par Bruno Bonté (IRSTEA, G-EAU) et Stefano Farolfi (CIRAD, G-EAU). La démarche développée propose d’évaluer les effets d’une mesure environnementale, à travers un protocole expérimental faisant l’interaction entre des concepts psycho-sociaux et des concepts de l’économie comportementale, dans une situation de dilemme de partage de l’eau pour irriguer en période d’étiage.

 Objectif de la démarche : L’objectif est de répondre à une question de recherche fondamentale (1) et de recherche action  (2)  : (1) questionner la pertinence d’un protocole inédit, faisant l’interaction psychologie/économie afin de contribuer à la recherche sur la résolution de dilemmes “Common Pool Resource”. (2) Fournir un socle de réflexion aux parties prenantes sur la base des résultats d’expérimentation pour discuter des solutions possibles.

 Où en sommes-nous ? Nous sommes en phase de finalisation du protocole expérimental. Des pré-tests avec des étudiants rémunérés par les gains obtenus au cours de l’expérience sont prévus dans les jours qui suivent la session avec la communauté de pratique.

 Objectif de la communauté de pratique : Tester si l’expérience se déroule sans problèmes particuliers, si elle est bien comprise par les testeurs, si les mots utilisés dans les tests sont pertinents, prendre en compte les éventuelles remarques pour améliorer le protocole.

 Organisateur : Emmanuel Dubois et Bruno Bonté

 Participants : Kévin Daudin, Baptiste Berthome, Victor Champonnois, Valérie Borell,   Pierre Balzergue, Anne Matzinger, Géraldine Abrami, Christopher Kouakou, Sarah Alima   Mounira.

Téléchargez le CR ici!

Test d’un jeu de rôle pour débat citoyen sur le changement climatique et le partage de l’eau

com prat ninonContexte : Le territoire de l’Adour en Amont d’Aire (près de Tarbes, allant des Pyrénées jusqu’au Gers) connait de forts déficits en eau, tant et si bien qu’il a été décidé d’y mettre en place un « Projet de Territoire pour la Gestion de la ressource en Eau » (PTGE). Nouvel instrument réglementaire, ce PTGE doit permettre d’aborder collectivement le sujet très controversé d’éventuels nouveaux barrages, et débloquer des financements Agence de l’Eau.

Il s’agit de réunir tous les acteurs pour dresser ensemble un diagnostic puis mettre en place des solutions. En marge de la concertation institutionnelle, l’Institut Adour, qui coordonne ce projet de territoire, va mettre en place des « cafés-débats » en début et en fin d’été pour permettre aux citoyens de participer à ce diagnostic. Ces cafés-débats seront ouverts à tous et débuteront par une phase de jeu de rôles qui permettra aux citoyens de prendre connaissance du fonctionnement du territoire et de ces enjeux.

Objectif de la démarche participative : Le but est que les citoyens comprennent quels sont les acteurs et les dynamiques présentes sur le territoire et surtout quels sont les enjeux concernant la gestion de l’eau.

Où en sommes-nous ? Une première version jouable du jeu a été mise au point, il s’agit maintenant de l’améliorer, notamment en ajustant sa calibration.

Objectif de la communauté de pratique : Tester le jeu et faire des retours sur les informations et messages reçus en tant que joueur, sur la facilité à comprendre la mécanique.

Organisateurs : Ninon Kratchkovsky et Elsa Leteurtre (Lisode)

Participants : Géraldine ABRAMI (CIRAD), Audrey BALLERY (CNRS), Baptiste BERTOME (IRSTEA), Irina COMTE (CIRAD), Emilie DIAS (LIRDEF), Mathieu DIONNET (Lisode), Emeline HASSENFORDER (IRSTEA), Amar IMACHE (Lisode), Jean-Marc IRIS (COMOE), Fanny LASHCARI (Lisode), Florian URBAN (Institution Adour)

Téléchargez le CR ici !

Test d’un jeu de rôle sur l’accès au foncier et au bâti agricole

Contexte : En 2017, dans le cadre du projet ANR JASMINN j’ai valorisé mes résultats de post-doc portant sur l’étude des arrangements fonciers entre agriculteurs et propriétaires dans le périurbain de Montpellier en créant un jeu de rôle : Terre en jeu. Pour en savoir plus je vous invite à lire ce court article : http://www.sad.inra.fr/Toutes-les-actualites/Terre-en-jeu. Depuis mars 2018 je développe « Terre en jeu » dans le cadre d’un projet de pré-maturation financé par la région Occitanie (Projet FONCIJEU). J’ai notamment développé une nouvelle version du jeu qui inclue les enjeux d’accès aux bâtiments agricoles et au logement dans la zone agricole.

Objectif de la démarche participative : Terre en jeu est destiné à trois publics ce qui n’implique pas les mêmes objectifs participatifs. Premièrement il s’adresse à un public étudiant. Ici, l’objectif participatif est principalement pédagogique : apprendre le rôle du PLU, les enjeux de spéculations foncières, les différents contrats fonciers ou encore les mécanismes des jeux d’acteurs de manière ludique. Deuxièmement le jeu s’adresse à un public professionnel d’élus, de techniciens territoriaux et de bureaux d’études (contexte français). Ici l’objectif participatif est de pouvoir, durant le débriefing, mettre en lien les dynamiques rencontrées pendant le jeu et les problèmes de terrain et d’aider les acteurs à élaborer eux-mêmes leurs solutions. Troisièmement, le jeu s’adresse à un public citoyen (tout public) afin de découvrir les mécanismes de négociations locales pour l’accès à la terre agricole et découvrir les résultats d’une recherche en sciences sociales. Pour ces trois objectifs participatifs la version du jeu n’est pas exactement là même et le débriefing est organisé différemment. La version proposée lors de cette séance est celle destinée à un public professionnel d’élus, de techniciens territoriaux et de bureaux d’études.

Où en sommes-nous ? : Le jeu est bien avancé dans ces versions de base où seuls les enjeux d’accès au foncier sont traités. Une version intégrant les enjeux d’accès au bâti (bâtiments techniques des agriculteurs et logement) viens d’être mise sur pied et l’objectif est de la tester.

Objectif de la communauté de pratique : Tester la version « bâti » de « Terre en jeu » pour savoir s’il s’adresse au bon public, s’il est réalisable en 4h et si l’organisation nouvelle est 1) pertinente vis-à-vis des enjeux d’accès au bâti rencontrés sur le terrain 2) jouable avec le public visé.

Organisateur : Camille CLEMENT – Ingénieur de recherche contractuelle INRA – UMR Innovation

Test d’un jeu de rôle sur les pollutions diffuses

Contexte :  Dans le cadre du projet Brie’eau réalisé par l’IRTSEA (G-EAU, Montpellier, et HYCAR, Antony), l’INRA, Lisode et AQUI Brie (association de protection de la nappe du Champigny) et financé par les programmes PSDR Ile-de-France, nous accompagnons la mise en œuvre d’une démarche participative sur les pollutions diffuses agricoles en territoire de grandes cultures céréalières dans la Brie (Seine-et-Marne). Le jeu de rôles que nous allons tester servira de support pour des ateliers avec les agriculteurs, acteurs des filières agricoles, élus en charge de la gestion de l’eau, associations et plus tard des habitants du territoire.

Objectifs de la communauté de pratique :  Après plusieurs ateliers sur le terrain et un travail de re-conception de l’outil, nous souhaiterions tester le prototype obtenu avant sa finalisation.

Organisateurs de l’atelier : Jean-Emmanuel Rougier et Charles Bontoux (Lisode), Laura Seguin (Irstea, G-EAU)

Téléchargez le CR ici !

Test d’un jeu de rôle sur le périmètre irrigué d’Avezac (Haiti)

IMG_0960

Contexte : Dans le cadre du projet GSE-Avezac réalisé par le consortium AVSF/Montpellier SupAgro/Lisode et financé par l’AFD à travers le projet SECAL sur la sécurité alimentaire en Haïti, nous accompagnons une association d’irrigants du périmètre Avezac dans la province Sud d’Haïti. Le jeu de rôles que nous allons tester servira de support de 60 ateliers avec les irrigants du périmètre dans l’objectif de faire émerger les règles concertées de fonctionnement de l’association. Sur le terrain le jeu sera animé par les animateurs locaux que nous allons former.

Objectifs :  Après une mission de diagnostic sur le terrain et une première session de co-conception de l’outil, nous souhaiterions tester le prototype obtenu avant sa finalisation.

Organisateurs : Ola Dolinska (Lisode)

Participants 

Test d’un jeu de rôles gestion quantitative et qualitative eau zone café Nicaragua

IMG_9552

Contexte : En collaboration avec Bioversity International, UNAN Léon et IDIAF, Lisode participe au projet « Fortaleciendo la gestión de los recursos hídricos de comunidades bananeras: mayor resiliencia frente a la variabilidad climática. » Ce projet de recherche-action, financé par le programme FONTAGRO de la Banque Interaméricaine de Développement, étudie la gestion de l’eau dans un contexte de variabilité climatique dans plusieurs communautés productrices de banane et de café au Nicaragua et en République Dominicaine.

Objectifs de la communauté de pratique :  L’objectif sera de tester un jeu de rôles sur la gestion quantitative et qualitative de l’eau en lien avec la production de café et de bananes dans la région de Jinotega au Nicaragua. Cet outil sera utilisé dans le cadre d’une concertation multi-acteurs regroupant petits producteurs de café, coopératives et institutions publiques afin de produire l’ébauche d’un plan de gestion de la ressource en eau.

Organisateurs de l’atelier : Manuela Vieira Pak (consultante indépendante), Charles Staver (Bioversity International) & Mathieu Dionnet (Lisode)

Participants : Laura Seguin (CITERES), Fabrice De Clerck, Rhiannon Crichton & Natalia Estrada Carmona (Bioversity International) & Jean-Emmnuel Rougier, Elsa Leteurtre & Amar Imache (Lisode), Rallou Thomopoulos (INRA), Caroline Sourzac-Lami (IRSTEA)

Conception d’une méthode participative pour aborder la question du foncier au Maroc

Communauté de pratique MS2

Contexte : Pour améliorer leur niveau de production agricole et réduire ainsi leur dépendance alimentaire, les États du Maghreb veulent redéfinir aujourd’hui leur rôle et leurs modalités d’action dans le secteur agricole. Dans un contexte climatique où l’eau est un facteur limitant important, les pays du Maghreb concentrent leurs efforts sur l’agriculture irriguée et cherchent à étendre leurs superficies agricoles aménagées. Afin d’assurer le bon fonctionnement des nouveaux aménagements hydro-agricoles, les États et les bailleurs de fonds cherchent à associer les usagers agricoles dans la gestion des périmètres irrigués. Pour ce faire, des initiatives de constitution d’associations d’irrigants sont lancées, parfois avant même la réalisation de l’aménagement. Le cas du projet d’équipement de la deuxième tranche d’irrigation du Projet Moyen Sebou Inaouen Aval (PMSIA) au Maroc constitue à cet égard une opération pilote dans la mise en place d’un partenariat de gestion du périmètre entre l’État et les usagers.

Objectif de la communauté de pratique : réfléchir à une méthode (définir le cadre d’intervention, les outils, etc.) pour aborder la problématique foncière, particulièrement la question du remembrement foncier, dans les 35 villages concernés par le projet d’aménagement de la deuxième tranche d’irrigation du PMSIA. L’objectif est d’arriver à identifier les  points de blocages en lien avec le foncier et pouvant compromettre l’adhésion de la population en général et des agriculteurs en particulier, au projet.

Organisateurs : Hichem AMICHI et Caroline Coulon (AFEID)

Participants :

Test d’un jeu de rôles sur la filière huile de palme (Cameroun)

photo 3

Contexte : Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet OPAL (Oil Palm Adaptive Landscapes), coordonné par l’ETH Zürich et avec pour principales institutions partenaires le CIFOR, l’IRD, le CIRAD (UPR BSEF) et le WWF. Ce projet (2015-2021) entend améliorer la gestion des paysages du palmier à huile en Asie (Indonésie), Afrique (Cameroun) et Amérique Latine (Colombie) par l’engagement des parties-prenantes et des acteurs du changement à différentes échelles. Dans cette perspective, des activités de modélisation d’accompagnement ont débuté au Cameroun en mai 2015, aboutissant à un modèle conceptuel construit sur la base de l’expertise scientifique et à une première version de jeu de rôles centré sur les relations entre les parties prenantes à différents niveaux de la filière de l’huile de palme camerounaise.

La création du jeu de rôles a été motivée par l’hypothèse que le​s carences en matière de communication et de confiance réciproque entre l’agro-industrie de première transformation et les planteurs villageois sont à l’origine d’une production nationale en huile de palme brute bien inférieure à ce qu’elle pourrait être à superficies de palmeraies constantes. Le jeu de rôles qui sera utilisé sur 3 terrains camerounais a pour principaux objectifs (1) de permettre aux différents acteurs de la filière d’échanger sur leurs stratégies, marges de manœuvre et enjeux respectifs, et (2) de leur permettre d’envisager des scénarios de collaboration et de partenariat favorisant les situations gagnant-gagnant.

Objectif de la communauté de pratique : (1) Présenter et tester le jeu de rôles ; (2) Interroger la communauté de pratique sur la pertinence de cet outil pour aborder la question de la fixation des prix au producteur et de la contractualisation.

Organisateurs : Eglantine FAUVELLE (consultante OPAL), Claude GARCIA (porteur de projet OPAL, CIRAD), Anne DRAY (porteuse de projet OPAL, ETH Zürich)

Test d’un jeu de rôles sur les pollutions diffuses d’origine agricole

com prat

Contexte : La question des pollutions diffuses dans les eaux est aujourd’hui un sujet difficile à aborder sur de nombreux territoires français, où elle est pourtant incontournable pour la gestion de la qualité de l’eau. Cette question est généralement assez transversale et concerne divers acteurs du territoire, des utilisateurs de produits phytosanitaires aux consommateurs d’eau potable, en passant par les acteurs du traitement de l’eau.

Dans le cadre de son stage de fin d’études d’ingénieur agronome à Lisode en partenariat avec l’IRSTEA, Marion a développé un prototype d’outil de dialogue qui fait le lien entre le monde agricole, utilisateur de produits phytosanitaires, et les acteurs concernés par les pollutions diffuses (potabilisation et consommation de l’eau).

Objectif de la communauté de pratique : Tester le premier prototype d’un jeu de rôles visant à aborder la question des pollutions diffuses à travers les visions contrastées de divers acteurs du territoire.

La communauté de pratique a permis de tester le calibrage du jeu de rôles et sa dynamique (déroulement, pertinence des rôles représentés et des activités attribuées à chaque rôle…). En débriefing, les questions ont porté sur : la compréhension de chaque rôle et les stratégies développées par les joueurs, puis sur l’outil en lui-même, la pertinence du calibrage et les idées d’améliorations pour la suite.

Organisateurs : Marion Bourgeois et Jean-Emmanuel Rougier (Lisode).

Participants : Laurent Bouchet (Envilys), Houssem Braiki et Imen Nouichi (INAT – UMR G-EAU), Sami Bouarfa, Laetitia Guérin-Schneider et Géraldine Abrami (IRSTEA – UMR G-EAU), Jade Wolf, Manuel Joseph-Monrose, Martin Cavero, et Dorian Noël (IRSTEA), Ola Dolinska, Elsa Leteurtre, Amar Imache et Mathieu Dionnet (Lisode).

Téléchargez le CR