Catégorie : Modélisation participative

Test d’une expérience « psycho-économique » sur le partage de l’eau en période d’étiage

Contexte : Cette expérience “psycho-économique” est menée au sein du projet InterExpe (Key Initiative MUSE WATERS) coordonné par Bruno Bonté (IRSTEA, G-EAU) et Stefano Farolfi (CIRAD, G-EAU). La démarche développée propose d’évaluer les effets d’une mesure environnementale, à travers un protocole expérimental faisant l’interaction entre des concepts psycho-sociaux et des concepts de l’économie comportementale, dans une situation de dilemme de partage de l’eau pour irriguer en période d’étiage.

 Objectif de la démarche : L’objectif est de répondre à une question de recherche fondamentale (1) et de recherche action  (2)  : (1) questionner la pertinence d’un protocole inédit, faisant l’interaction psychologie/économie afin de contribuer à la recherche sur la résolution de dilemmes “Common Pool Resource”. (2) Fournir un socle de réflexion aux parties prenantes sur la base des résultats d’expérimentation pour discuter des solutions possibles.

 Où en sommes-nous ? Nous sommes en phase de finalisation du protocole expérimental. Des pré-tests avec des étudiants rémunérés par les gains obtenus au cours de l’expérience sont prévus dans les jours qui suivent la session avec la communauté de pratique.

 Objectif de la communauté de pratique : Tester si l’expérience se déroule sans problèmes particuliers, si elle est bien comprise par les testeurs, si les mots utilisés dans les tests sont pertinents, prendre en compte les éventuelles remarques pour améliorer le protocole.

 Organisateur : Emmanuel Dubois et Bruno Bonté

 Participants : Kévin Daudin, Baptiste Berthome, Victor Champonnois, Valérie Borell,   Pierre Balzergue, Anne Matzinger, Géraldine Abrami, Christopher Kouakou, Sarah Alima   Mounira.

Téléchargez le CR ici!

Test d’un jeu de rôle pour débat citoyen sur le changement climatique et le partage de l’eau

com prat ninonContexte : Le territoire de l’Adour en Amont d’Aire (près de Tarbes, allant des Pyrénées jusqu’au Gers) connait de forts déficits en eau, tant et si bien qu’il a été décidé d’y mettre en place un « Projet de Territoire pour la Gestion de la ressource en Eau » (PTGE). Nouvel instrument réglementaire, ce PTGE doit permettre d’aborder collectivement le sujet très controversé d’éventuels nouveaux barrages, et débloquer des financements Agence de l’Eau.

Il s’agit de réunir tous les acteurs pour dresser ensemble un diagnostic puis mettre en place des solutions. En marge de la concertation institutionnelle, l’Institut Adour, qui coordonne ce projet de territoire, va mettre en place des « cafés-débats » en début et en fin d’été pour permettre aux citoyens de participer à ce diagnostic. Ces cafés-débats seront ouverts à tous et débuteront par une phase de jeu de rôles qui permettra aux citoyens de prendre connaissance du fonctionnement du territoire et de ces enjeux.

Objectif de la démarche participative : Le but est que les citoyens comprennent quels sont les acteurs et les dynamiques présentes sur le territoire et surtout quels sont les enjeux concernant la gestion de l’eau.

Où en sommes-nous ? Une première version jouable du jeu a été mise au point, il s’agit maintenant de l’améliorer, notamment en ajustant sa calibration.

Objectif de la communauté de pratique : Tester le jeu et faire des retours sur les informations et messages reçus en tant que joueur, sur la facilité à comprendre la mécanique.

Organisateurs : Ninon Kratchkovsky et Elsa Leteurtre (Lisode)

Participants : Géraldine ABRAMI (CIRAD), Audrey BALLERY (CNRS), Baptiste BERTOME (IRSTEA), Irina COMTE (CIRAD), Emilie DIAS (LIRDEF), Mathieu DIONNET (Lisode), Emeline HASSENFORDER (IRSTEA), Amar IMACHE (Lisode), Jean-Marc IRIS (COMOE), Fanny LASHCARI (Lisode), Florian URBAN (Institution Adour)

Téléchargez le CR ici !

Test d’un jeu de rôle sur l’accès au foncier et au bâti agricole

Contexte : En 2017, dans le cadre du projet ANR JASMINN j’ai valorisé mes résultats de post-doc portant sur l’étude des arrangements fonciers entre agriculteurs et propriétaires dans le périurbain de Montpellier en créant un jeu de rôle : Terre en jeu. Pour en savoir plus je vous invite à lire ce court article : http://www.sad.inra.fr/Toutes-les-actualites/Terre-en-jeu. Depuis mars 2018 je développe « Terre en jeu » dans le cadre d’un projet de pré-maturation financé par la région Occitanie (Projet FONCIJEU). J’ai notamment développé une nouvelle version du jeu qui inclue les enjeux d’accès aux bâtiments agricoles et au logement dans la zone agricole.

Objectif de la démarche participative : Terre en jeu est destiné à trois publics ce qui n’implique pas les mêmes objectifs participatifs. Premièrement il s’adresse à un public étudiant. Ici, l’objectif participatif est principalement pédagogique : apprendre le rôle du PLU, les enjeux de spéculations foncières, les différents contrats fonciers ou encore les mécanismes des jeux d’acteurs de manière ludique. Deuxièmement le jeu s’adresse à un public professionnel d’élus, de techniciens territoriaux et de bureaux d’études (contexte français). Ici l’objectif participatif est de pouvoir, durant le débriefing, mettre en lien les dynamiques rencontrées pendant le jeu et les problèmes de terrain et d’aider les acteurs à élaborer eux-mêmes leurs solutions. Troisièmement, le jeu s’adresse à un public citoyen (tout public) afin de découvrir les mécanismes de négociations locales pour l’accès à la terre agricole et découvrir les résultats d’une recherche en sciences sociales. Pour ces trois objectifs participatifs la version du jeu n’est pas exactement là même et le débriefing est organisé différemment. La version proposée lors de cette séance est celle destinée à un public professionnel d’élus, de techniciens territoriaux et de bureaux d’études.

Où en sommes-nous ? : Le jeu est bien avancé dans ces versions de base où seuls les enjeux d’accès au foncier sont traités. Une version intégrant les enjeux d’accès au bâti (bâtiments techniques des agriculteurs et logement) viens d’être mise sur pied et l’objectif est de la tester.

Objectif de la communauté de pratique : Tester la version « bâti » de « Terre en jeu » pour savoir s’il s’adresse au bon public, s’il est réalisable en 4h et si l’organisation nouvelle est 1) pertinente vis-à-vis des enjeux d’accès au bâti rencontrés sur le terrain 2) jouable avec le public visé.

Organisateur : Camille CLEMENT – Ingénieur de recherche contractuelle INRA – UMR Innovation

Test du jeu de planification participative e-COOPLAN

Contexte : COOPLAN est un dispositif de planification participative développé depuis 2004 et mis en œuvre dans divers projets internationaux. Il permet à des acteurs de tous types de discuter des stratégies intégrative multi-niveaux et d’en évaluer la cohérence et la faisabilité, en lien parfois avec d’autres outils participatifs type Wat-A-Game.

L’UMR G-EAU Irstea développe actuellement une version en ligne de cet outil, avec la société Résurgences.

Objectifs de la communauté de pratique :  Dans cette communauté de pratique, on propose de tester et évaluer cet outil en ligne.

Organisateurs de l’atelier : Nils Ferrand (IRSTEA) ; Samuel Tronçon (RESURGENCES)

Test démarche SMAG – Self Modelling for Assessing Governance

compra-anais2

Contexte : Dans le cadre du projet européen SPARE (Strategic Planning for Alpine River Ecosystem), l’IRSTEA (Institut national de Recherche en Sciences et Technologie pour l’Agriculture et l’Environnement) a parmi ses nombreuses missions la charge de la conception de SMAG.
Self Modelling for Assessing Governance est une méthode d’autodiagnostic de la gouvernance de l’eau. Il s’adresse à un groupe de 4 à 10 acteurs ayant une connaissance du processus de gouvernance de leur bassin versant sur une vingtaine d’années ainsi qu’une prédisposition à communiquer sans contraintes quelles qu’elles soient pour parler ouvertement du sujet. L’intérêt de SMAG pour les participants est la modélisation du processus de gouvernance afin de construire une vision commune et d’y apporter un regard critique pour l’avenir sans l’aide d’un facilitateur.
Les tests précédents ont été réalisés avec l’aide d’un facilitateur. Dans le but de tester la capacité des acteurs à réaliser le travail demandé en autonomie, la session n’aura pas de facilitateur.

Objectifs de la communauté de pratique :  La version actuelle de SMAG nécessite une phase de test pour évaluer sa pertinence et son appropriation par les acteurs, sans facilitateur et son applicabilité à d’autres cas réels au regard des objectifs visés.
Le but donc de cette session de communauté de pratique est d’une part de tester la méthode sur des cas réels afin de vérifier qu’elle est adaptable et d’autre part d’avoir un regard critique quant à son organisation et aux consignes données. L’objectif d’obtenir des résultats sur des cas concrets primant, la consigne du nombre de participant pourra ne pas être respectée. Dans le cas où plusieurs participants connaitraient un même bassin versant, ils seraient invités à réaliser les différents exercices en groupe. Si cela n’est pas possible, il leur sera proposé de tester la méthode individuellement puis d’échanger sur les difficultés rencontrées et les améliorations à apporter.

Organisateurs de l’atelier : Anaïs Bazi (Stagiaire Master Eau et Société, Irstea), encadrée par Nils Ferrand (Chercheur, Irstea)

Participants :  Amar Imache (Lisode), Jean-Emmanuel Rougier (Lisode), Laura Seguin (Citeres), Camara Ousmane (SupAgro), Océane Frey (IRC), Sarah Loudin (Irstea), Marine Jourdren (Irstea), Agnalys Michaud (Cirad)

Téléchargez le CR ici !

Test d’un protocole expérimental sur le comportement des joueurs

P1020261

Contexte : Les analyses socio-économiques réalisées lors de sessions de Jeu de Rôles (JDR) ayant lieu au cours de démarches participatives sont difficilement généralisables. Cela est notamment dû en raison du caractère unique de ces sessions de jeux qui rend difficile la formulation d’hypothèses qui pourraient être validées ou invalidées par des expériences reproductibles.

En économie expérimentale, des expériences sont réalisées en laboratoire pour tester des hypothèses économiques, observer les comportements d’acteurs dans des situations particulières ou permettre à des personnes de vivre, ou d’expérimenter, des situations particulières dans un objectif pédagogique.

Au cours de son stage de master à GEAU, Mamadou Ciss Dialo développe un logiciel d’économie expérimentale contextualisé basé sur le formalisme de modélisation de type Jeu de Rôles Wat-A-Game développé à GEAU. Ce logiciel (ana-wag) permet de récupérer des kits WAG spécifiques et de les utiliser pour tester des comportements socio-économiques en condition expérimentales (c’est à dire en contrôlant les informations données aux joueurs, leurs communications, en enregistrant leurs actions etc.).

Objectif de la communauté de pratique :  Cette session a permis de tester un protocole expérimental visant à mesurer l’impact des activités de modélisation et de simulation sur le comportement des joueurs.

Organisateurs : Mamadou Ciss Diallo, Bruno Bonté, Stefano Farolfi ,Géraldine Abrami et Nils Ferrand.

Participants :

Test modélisation participative bassin versant littoral

Test modélisation Liteau 03-05-10

Contexte : Le projet InterSage Liteau « Vers une gestion intégrée des masses d’eau côtières de l’Ouest HÉRAULT: Outils de gestion et nouveaux modes de gouvernance ».

Objectifs : Cette communauté de pratique a permis de tester la mise en œuvre des 1ers ateliers de modélisation participative pour le projet InterSage. Cette modélisation participative portait sur le système socio-physique de gestion pour 2 études de cas : délestage Orb-Astien et maîtrise de la qualité des milieux littoraux sur la zone Orb-Astien. Il s’agit durant cet atelier d’amener les participants à décrire le système physique qu’ils contribuent à gérer, les actions concourant à la gestion de la problématique, et les règles, formelles ou informelles, auxquelles ces actions sont liées. Lors d’un second atelier en forme de validation, nous demanderons aux participants de dérouler leur système d’actions et de règles de manière dynamique en réponse à des scénarios. Les modèles obtenus lors de cet atelier seront intégrés dans une base de connaissance et traités pour identifier les « creux » du système de gestion.

Organisateur(s) : Jean-Emmanuel Rougier, Géraldine Abrami, Mathieu Dionnet, et Sarah Pariente

Participants : Olivier Barreteau (CABEM), Sami Bouarfa, Laetitia Guérin-Schneider, Dominique Rollin, Arnaud Le Beuze, gestionnaire Astienne, Claire Obellian, et Florent.

Télécharger le Compte-rendu

Test modélisation participative Guadiana

25.05.2007

Contexte : Cette session a permis de tester un dispositif de modélisation participative qui a été déployé sur une étude de cas du projet AQUASTRESS au Portugal.

Objectif :  Développer un modèle sur le fonctionnement des exploitations agricoles avec les agriculteurs. L’idée est d’utiliser ce modèle (intrant – process – produit – impact) pour discuter des objectifs normatifs d’une démarche de benchmarking des pratique d’irrigation de l’olivier.

Organisateur : Mathieu Dionnet

Participants : Yorck Von-Korff, Jean-Yves Jamin, Dominique Rollin, Olivier Naud, Marco Barzman, Clément Genez, Amar Imache

Télécharger le Compte-Rendu 

 

Test supports pédagogiques sur la gestion des nappes (GGOR)

27.04.2007

Contexte et objectif : Cette session de la communauté de pratique a permis de tester un ensemble de supports cartographiques très schématisés sensé faciliter le développement d’un langage partagé permettant de mieux comprendre les positions des différents acteurs quand à la définition du niveau de la nappe sur une zone agricole et naturelle des Pays Bas.

Organisateur : Pieter Bots

Participants : Géraldine Abrami, David Crochet, Mathieu Dionnet, Clément Geney, Jean-Yves Jamin, Yorck von Korff, Olivier Naud, Dominique Rollin, and Jean-Emmanuel Rougier.

Télécharger le Compte-Rendu